dimanche 30 avril 2017

Lys sans cieux


À l’ancre d’écrits 004


Blaye (33) le 27 avril 2017, Alain Gojosso

Écrin à fleur d’yeux qu’en pas vides
D’un roman où
Sang blanc fragrance
De lit résonnant à mer
D’océan l’infini
Par vagues
Qui en redondance
Place en terre l’éther d’un mensonge


Humaine métaphysique à l’obscur
De l’éclat
Arboré aux flaveurs de l’antre
En prise
Avec ses sens cachés
Par jubilation toute puissante
À croire toujours
En l’incessant d’une transcendance


Essaime et prie qu’en fond bruissant
De mon orgueil qui se lierre
Au chœur
D’un même
S’intrigant qu’en l’autre
Par mépris
À donner en distinction
D’une perpétuité éprise à s’éprendre


Flot râle l’animal en cet autel élevé
Pierre par pierre
En murmures de mon indéfini
A ce silence
Assourdissant
Qui de l’ivre juge
Ma folie désarmée
À battre en fer seul mon néant cultivé…




Le 30 avril 2017,



Alain Gojosso



Enregistrer un commentaire