lundi 3 avril 2017

Azur air en ciel


Par l’antre 003


Bourideys (33) le 24 janvier 2017, Alain Gojosso

Art qu’âme défiant d’éperdu par buccal des toiles
Les ténèbres d’un fini clamant d’éclat son feu
Incessant qui en flammes assourdissantes
Éphémère à peindre inspiré de mélodies l’univers


Déambule errant au piano d’une belle rémanence
De sons sur l’ennui qu’ambre à cœur le corps
A ce perdu qui clandestin en cale se nef
De fredonner aux dits vent d’un vif le rift chantant


Diaphane au drap azuré l’ombre de son écho serti
Au suave de la voix lactée qui mammaire
Océan de songes le quantique de l’insoumis
Par flux et reflux ourlant des sens l’évidence seule


S’essentiel en implicite alors qu’ode à l’aile cachée
De murmurer la danse entrainante de l’envie
Au sang d’un même écarlate blanc qui orbe
D’arrondir le triangle scintillant de nos différences.



Le 03 avril 2017,



Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire