lundi 24 avril 2017

Allant sang

Sang 004



"Chaque personne qui nous fait souffrir peut être rattachée par nous à une divinité dont elle n'est qu'un reflet fragmentaire et le dernier degré, divinité dont la contemplation nous donne aussitôt de la joie au lieu de la souffrance que nous avions." Le temps retrouvé, Marcel Proust

Saint-Laurent D'Arce (33) le 06 février 2017, Alain Gojosso


Semelles qu’en pas s’y flore de te mirer
Par ode d’yeux d’une empreinte
Qui me rétine en rémanence
De te poursuivre jusqu’aux murmures

Corolle intense de brûler à cœur ouvert
Quand s’ombre des paupières
Ma laideur d’aimant dit
Sous l’aveu d’un soumis à ta tyrannie

Cime en pétales d’une couleur à libérer
En corps tout de m’aime par vivant
Qui se prête en cieux incessant
À la rime de l’épris en transcendance 

Ailes en émois du désir de tes mots nus
Fredonnant par attachement
Au bois où se lie air
Sa danse sensuelle d’un allant sang…



Le 24 avril 2017,



Alain Gojosso



Enregistrer un commentaire