mardi 31 janvier 2017

Troisième écho à "Pourvu qu'elle te parvienne"

L’épris scelle air III (Triptyque – Troisième volet)


Muse 004


Roaillan (33) le 24 janvier 2017, Alain Gojosso

Nuée à larmes d’encre claironne l’âme orée
Par l’ombre murmure où vers de pages
Se mage de transpirer ce céleste mouvant
Qu’orgue l’éther du ciel par les sens captifs

Plume nef océan de vibrer art osé d’essence
Ce chant à l’or traversant de l’écrit
Qui par toi de ton écho se lie de toucher
En Je de mon sang la sève indicible du cœur

Obscur air m’éthique qu’en ce souffle révélé
De l’allant incessant un doux vertige
Où se voix en tendre de goûter l’abîme
Caressé du singulier qu’ébranle notre pluriel

Fragrance délit de l’amour qu’olfactive l’être
A front de son envoûtement avoué
Prie l’épris solaire à ce parfum lumineux
Du Tu un possible Nous où passion se poétise.



Le 31 janvier 2017,



Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire