mercredi 4 janvier 2017

De leurs vies aux lances

Hymne au sang


Humain 010


Le Poteau (33) le 26 octobre 2016, Alain Gojosso


Fable à sable dévidé d’un signifiant
Égrené en l’abime des mots
Masque
A seules croyances
Et jugements
Ce tribunal répété de l’éternel…

Où des robes paradant
Qu’en ce commun de l’ordonné
De l’avoir
Et de sa cécité
En l’infini
Tranche l’être à coup de mesure

Le bien et le mal
Contre le mal
Et pour le bien
Le mal ou le bien… ?

Sans jamais finir de sa nécessité
D’un fini sans fin
Sinon qu’en l’autel
Où délit
Est ce prétendu
D’un même confondu au différend

Qu’en sang se déverse des cimes
Cet arrogant
Qui aimant songe
Défait les mensonges
Par voix actée
Où vers déclament l’ombre clarté :

Le jour est la nuit
Quand sombre le jour
La nuit est le jour
Quand s’élève l’aube.



Le 04 janvier 2017,



Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire