vendredi 3 février 2017

Or félin


Par l’antre 002


Berson (33) le 01er février 2017, Alain Gojosso

Par l’ambre d’une rémanence agitée
Qu’en songes écrits
D’essaim s’esthète d’yeux
À flux d’un sensuel
Épousant en ombrelles irisées
L’évidence implorant à composer

Se mélancolie en l’ombre obscure
Une lueur écarlate
Où fleuve et sang en accord
Coulent d’un même corps allant

Par l’arbre d’une impuissance avouée
Qu’en ramures des cris
Éperdus à cet impassible ciel
Essence d’embrasures
Sa douleur à tendre
Intelligence du bon sens à vivre

Se nu en nuit de l’aurore lunaire
Poumons érubescents
Où flambeau et air en lien
Dansent d’un même vers ailant

Par chemin d’une miséricorde masquée
Qu’en sable inscrit
D’affables pas où semelles
D’un fini empreinte
Son effacement à l’écho nu
D’un silence similaire à cet inconnu

Ode de l’éther par soleil au cœur
Le battement rougeoyant
Où voix en voie se symphonie
À dire nadir les terres des fusions

Où es-tu
Beauté perdue ?




Le 03 février 2017,



Alain Gojosso



Enregistrer un commentaire