mardi 27 décembre 2016

En écho (?)

S’aise âme


Ode essaim 003


Saint-Andre De Cubzac le 21 décembre 2016, Alain Gojosso


Orgue spectral qu’œil en piano des pupilles
Pétale au bouquet sur l’iris des sens
L’émeraude où vers se trésor au charme
Du flamboiement effeuillé à éclairer la nuit

Poème en mains d’étoilement de consumer
Ce cœur qui d’alchimie orfèvre l’indicible
Au vif vent de l’ébranlement émerveillé
Par courant des mouvants qui magnétique

Se mage à dire de fièvre l’âme en firmament
L’orchestration d’une intangible passion
Éperdue à corps qu’en tête se chante
Les rossignols du feu ardent au mors de la vie

S’ailant d’harmonie de souffler cette mélodie
Où filant d’imparfait son accord d’un fini
Se joue de l'instrumental de notre tragédie
De faire écho à l’évidence des plaisirs donnés.



Le 27 décembre 2016,



Alain Gojosso



Enregistrer un commentaire