mardi 10 octobre 2017

Réminiscence

À l’ancre d’écrits 005



« La "maladie mentale" et la révolte, tout comme la crise sacrificielle à laquelle elles ressemblent, vouent l'individu à des formes de mensonge et de violence bien pires assurément que la plupart des formes sacrificielles propres à réaliser l'escamotage en question, mais néanmoins plus véridiques. » La violence et le sacré, René Girard 1972


Escalona canyon - Aragon (Espagne) le 14 juillet 2017, Alain Gojosso

Éther nocturne sous l’écrit d’une essence
Qui placentaire s’exhale torrentiel
À corps
D’une voix d’eau
Où se larme cristaux
L’orgue âme par sa vive déchirure

Qu’ambre à jour s’ombre
Lexical
Sur l’aimant songe
Donné à lyre aux sourires
D’un possible
Unanime qui fleure de prétendre

Se mot dès l’or à plaire
Par l’épris éperdu à croire
Qu’en sang blanc
D’une culture soumise
À l’autel
Du désir qui s’incessant de tuer

Sinon d’aimer encore
Même à la folie
Quand en tendre toujours
Ce cri de la souffrance
Incessante
Dénonçant notre veule mensonge…



Le 10 octobre 2017,



Alain Gojosso



Enregistrer un commentaire