jeudi 29 mars 2018


Par or cueille

Par l’antre 008



Blaye (33) le 16 décembre 2017, Alain Gojosso


Derme à l'âme oú sensible à cordes se corail à lyre
En coffre l'antre d’une résonnance infrangible 
Rendue à l'onde s'ourlant par cimes au vague 
Du piano allant tendre de caresser la juste mélodie 

Santal au bois de l'obscur canopée du pré en cieux
Dansant chanté à vide le champ de l'éther
Par miré des souffrances perlées qui se cristal
À clamer le fragile des corps au seul de ce suggéré

Qu’en révolte où s’orgueil de réagir à cet incessant
Le cœur battant de notre précieux vivant
S’élégant à croire en la nécessité de poursuivre
Le sentier en sang où s’épique narration de l’accord

Même au laid de ses cécités unies à ce beau vif vent
Qui à l’orgue cueille l’âme or d’un fini donné
En vérité ancrée que l’eau des yeux rétine
À prendre par paume sur l’écoulé des flots et délivre.



Le 29 mars 2018,


Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire