jeudi 21 décembre 2017

L’or cueille


Encre 005

Pugnac (33) le 26 octobre 2017, Alain Gojosso


D’un sensible où souffle traversée d’élan sang

En l’univers d’yeux constellés à vide
Se braise avivées de toujours rougeoyer
Par cœur ébattu d’une essence qui s’indicible

De l’écho errant accusant de la claire évidence
L’avoir immobile assujettissant l’être
En l’illusoire vivant de la toute puissance
À croire en l’immortel d’une transe sans danse

Qu’au spinal du corps s’élégance cet insoumis
Du vif vent à brûler encore de mille feux
Parlant nuit de l’inspiration mouvante
Qui dément à songes réitérés l’absurde donné

D’or cueille par sa plus belle laideur composée
Cette beauté où en dérivation se laisse
Concerter l’émouvant de l’échappée
Par musical à lyre des sens nos contradictions…


Le 21 décembre 2017,


Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire