mardi 28 novembre 2017

En son d’un Je


Silence 002


Sanguinet (40) le 18 novembre 2017, Stéphanie Rohmer


Vespérale respiration qu’en vague attente
S’aile âme air par courant de l’éther
Cet aimant songe du cœur essaimant
À vide d’une résonnance à croire toujours

Quantique de l’obsession insufflée en rime
S’écoule torrentiel l’ambre du ciel
En l’artère de mon abime redondante
Qui feu d’océan s’onirique à me confondre

Ode aux larmes d’yeux de couler par cristal
Se mêle en écho lyre l’allant au tempo
Qui au sang lexical se lame à dire
En vers du chant obscur l’inondé de poésie

Rêve haut de se laisser embrasser en corps
Par ce vif vent où se temps la brûlure
Du réel au conjugué de l’échappée belle
Donnée à l’éperdu du présent de l’indicatif.



Le 28 novembre 2017,


Alain Gojosso


Enregistrer un commentaire